L’ONG JUDEG À UNC

L’ONG JUDEG À UNC

Ce samedi a été marqué par la conférence autour du thème « L’émancipation de la femme dans le monde moderne » organisée par l’ONG JUDEG (Jeunes Unis pour le Développement Economique de Guinée) dans la salle de conférence de la meilleure université privée de Guinée (UNC). La conférencière était Madame SOW Moussa Yéro BAH, Journaliste animatrice à la Radio ESPACE. Les intervenantes étaient Miss Asmaou, Miss-Guinée de 2017, Miss-Panafricaine de 2018, Madame CISSÉ Mayénie CAMARA, Directrice Nationale Adjointe de la Prévention des Conflits et de Préservation de la Paix au Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale. Organisée à l’occasion de la journée internationale des femmes, célébrée le 08 Mars de chaque année, cette conférence a réuni en son sein plusieurs autres hôtes tels que Monsieur Cédric Martin, Directeur d’United Purpose en Guinée, Hadja Saran KABA, Directrice de la douane au port autonome de Conakry, Monsieur Bouréma KOUYATÉ, représentant de l’ANVJ, tous venus pour témoigner le bon déroulement du planning des activités de l’ONG en présence de l’administration de l’Université Nongo Conakry (UNC) ainsi que ses étudiants. Après l’installation des hôtes ainsi que le discours de bienvenue formulé par Fatoumata Binta DIALLO, Vice-présidente de l’ONG à l’endroit des invités, le Fondateur de l’UNC Docteur Mamadou Cellou Souaré a fait un discours de bienvenue, de remerciement et d’encouragement à l’endroit de l’ONG. Il a tenu à exprimer sa joie à cause du choix porté sur l’UNC pour tenir cette activité de JUDEG. L’objectif de la conférence était de ressortir la place de la femme dans ce monde en parfaite évolution, où les hommes sont majoritairement représentés dans la quasi-totalité des postes de responsabilité. Pour dire qu’est-ce qui en est la cause et bien entendu quelles solutions faut-il alors adopter pour renverser cette tendance et permettre aux femmes de pouvoir s’exprimer, d’apporter leur contribution dans l’évolution sans cesse croissante de ce monde de la nouvelle génération.

La conférencière, Madame Yéro, a pris la parole. Elle a commencé par saluer les efforts consentis par JUDEG pour organiser cette conférence avec un thème très pertinent. Elle enchaina par un aperçu sur son parcours « J’ai eu la chance d’avoir un papa qui m’a permis d’étudier en empêchant que je me marie à 13 ans… ». Elle indique que les filles, si elles sont mises dans des bonnes conditions, peuvent faire autant que les garçons, voir même mieux. Que c’est parfois la coutume qui empêche l’émancipation des femmes, et du coup freine le développement économique et social. «  Être femme journaliste m’a permis de comprendre beaucoup de choses, cela m’a d’ailleurs ouvert les portes de l’activisme, car en tant que journaliste vous vivez les difficultés des citoyens au quotidien, vous constituez donc l’interfaçage entre les réalités sociales au quotidien que vous remontez comme information au niveau de la population. L’une des difficultés est que certaines femmes ont du mal à gérer ensemble leur foyer et le service ou les études, du coup elles abandonnent la formation et deviennent à la charge de leurs maris… ».  Elle a tenu à souligner la bataille rude qui existe entre les hommes et les femmes dans la quête des postes de hautes responsabilité, elle ajoute je cite « Les hommes ne vont pas vous offrir ces postes dans un plateau d’or… vous devez vous-mêmes les arracher… ». Elle a exhorté aux jeunes filles et femmes d’accepter de se former, d’avoir des objectifs, d’être visionnaire afin d’être plus compétitive et décrocher les meilleurs postes de responsabilité par mérite pour éviter tout harcèlement au travail ou toute mise à l’écart par les hommes. Elle ajoute « dans tout ce que vous faites ayez une conviction, croyez en ce que vous faites. Mais si vous n’y croyez pas, vous n‘y arriverez pas…» ; bref, elle a prodigué des précieux conseils en s’appuyant sur des faits réels vécus par des jeunes femmes qui ont fini par devenir des modèles de référence.

Après la conférencière, c’est le tour de la miss Asmaou de prendre la parole pour prodiguer des sages conseils en s’appuyant sur des réalités qu’elle a vécu durant ses débuts de carrières. Elle dit je cite « ma mère n’a pas eu la chance d’étudier jeune, elle n’a non plus étudié chez son mari… mais elle a été une ami, un coach pour me permettre de réaliser mon rêve…». Elle a de son côté appelé aux femmes d’accepter de se former, de se fixer des objectifs, de croire en ce qu’elles font sans se préoccuper de ce que disent les autres sur elles et de travailler sans relâche pour réussir un jour.

D’autres exposants sont aussi intervenus tout au long de la journée. La conférence s’est terminée par une série de questions/réponses où les participants ont pu tirer beaucoup de profits.